Book'in: bouquine!

litterature jeunesse britannique

yhst_19693165039429_1983_3162616

08 juin 2007

Violette

Jacqueline Wilson (Albin Michel, collection Wiz)

violette

Alors voila, je ne suis pas fan de Jacqueline Wilson. Non, en fait, c’est pas vrai. J’ai aimé certains de ses livres mais les derniers m’ont un peu dégoûté, surtout Reviens, papa (dont Clarabel parle ici ), et Candyfloss, qui n’est pas publié en France. Le site de Wiz décrit Wilson comme étant “encensée dans les pays anglo-saxons” et c’est assez juste à mon avis. Elle ne peut pas faire mal, même si quelque fois la qualité et le style laissent à desirer.

Mon autre problème est en tant que documentaliste: les fans de Wilson, il y en a beaucoup parmi les jeunes adolescentes. C’est bien,  ça les fait lire, mais malheureusement elles s’arrêtent à ça; impossible de les faire lire autre chose, meme si elles ont passé l’âge. Enfin bon c’est pareil avec Louise Rennisson, Karen McCombie, Cathy Hopkins, Meg Cabot …  la liste est longue!

Mais je me suis dit que quand même il faudrait bien que je parle d’un de ces livres, après tout elle est notre Children’s Laureate (jusqu’au 11 juin en tout cas); j’ai donc choisi Violette.

D’abord, il faut que je vous parle de la couverture. C’est un truc que me fascine, les differences de couvertures entre la GB et le France. Particulièrement dans le cas de Wilson car ici, on ne peut pas la dissocier à l’illstrateur Nick Sharratt puisqu’ il a illustré tous ses livres (une collaboration un peu comme Dahl/Blake).  En France, certaines des couvertures d’origine ont été gardées mais pas toutes (par exemple Reviens Papa, Ma meilleure amie et la série des 3 filles). Bref, la couverture ici est très jolie, mais j’ai vraiment du mal à voir le rapport avec l’histoire.

Voici la couverture britannique:

midnight

(notez que le titre est aussi différent - je ne comprends pas trop pourquoi ils ne l'ont pas appellé Minuit)

C’est donc l’histoire de Violette qui vit dans l’ombre de Will, son frère aîné, qu’elle vénére mais qui peut être tour à tour charmant et cruel. Son père quant à lui ne traite pas particulièrement bien sa mère. Violette est malheureuse et  échappe à l’atmosphère familiale en cherchant secours dans les histoires de Casper Dream dont elle admire les petites fées. D’ailleurs elle crée elle-même des reproductions de ces petites fées grace à ses dons de couturière.  Lorsque Will apprend qu’il est en fait adopté, il devient de plus en plus cruel et parait inapprochable. Mais bientôt l’arrivée d’une nouvelle éléve, Jasmine,  bouleverse la vie de Violette et de sa famille.

Wilson, la reine de la “realistic fiction” comme on l’appelle ici touche à des sujets délicats:  l’adoption, les enfants “difficiles”  et même le mort subite du nourrisson. J’ai beaucoup aimé ce livre à l’époque et je l’ai feuilleté à nouveau pour écrire ce billet. Le style est toujours un peu “léger” à mes yeux mais c’est une histoire cohérente et réaliste (ce qui n’est pas toujours le cas, notamment dans  Reviens, papa) et assez touchante.

A partir de 11 ans.

meet_the__author

Vous pouvez écouter Jacqueline Wilson parler de ce livre ici.

Posté par Library Mice à 17:38 - romans ado - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Oui ! J'ai ce livre, je ne l'ai pas encore lu mais j'avais trouvé de bonnes critiques à son encontre.
    Et je trouve la couverture très, très réussie dans l'édition française ! ;o)

    Posté par Clarabel, 12 juin 2007 à 09:24
  • Je viens d'arriver sur ton blog par hasard, et je découvre que tu es documentaliste? Et bien moi aussi!! Quel plaisir de fouiner dans tes lectures, je reviendrais quand j'aurai un peu plus de temps... Au plaisir

    Posté par TiteMarguerite, 13 juin 2007 à 13:13

Poster un commentaire