Book'in: bouquine!

litterature jeunesse britannique

yhst_19693165039429_1983_3162616

10 octobre 2007

Si jamais

Meg Rosoff (Hachette Jeunesse, collection Black Moon)
Just in Case, traduit par Luc Rigoureau

jamais

Le deuxième roman de Meg Rosoff sort enfin en France aujourd’hui. J’avais déjà eu un mal fou à décrire Maintenant, c’est ma vie, et j’ai bien peur que Si jamais soit encore plus difficile! D’abord, il y a un problème avec le titre en traduction. Voyez-vous le livre en anglais s’appelle Just in Case (au cas ); le héros s’appelle David Case mais change de nom au début de l’histoire et se fait appeler Justin Case. Justin case/Just in case – vous voyez le jeu de mot, hein? (pour les Anglophobes, ca se prononce pareil aussi!)

David sauve la vie de son petit frère de justesse, celui-ci ayant décidé d’apprendre à voler, avait essayé de se jeter par une fenêtre. David prend peur; peur de mourir, d’être blessé, peur que ses proches disparaissent. Il se donne alors une nouvelle identité pour essayer de fuir sa propre vie et d’échapper à son destin. Mais le Destin, ou le Sort comme on pourrait également l’appeler (personnifié dans ce livre comme une sorte de Satan), lui, a d’autres idées. Il n’est pas très content que Justin ait mis son nez il fallait pas et ait donc changé le destin de son frère, et il a bien l’intention de s’amuser avec David un petit peu (c’est un peu a la “Destination finale”, si vous avez vu ce film). La vie de Justin se transforme alors un tourbillon de mésaventures : le Destin s’acharne sur lui et Justin s’acharne à lui échapper!

Les livres de Rosoff sont tellement durs à expliquer; il faut les lire, les ressentir. Dans celui-ci, elle mélange la réalité et l’imaginaire (Justin a un chien imaginaire par exemple), ce qui est peut être déroutant pour les plus jeunes (et moins jeunes, une de mes collègues documentalistes ne comprenait rien!).

Comme Rosoff le dit elle-même, ou on aime ou on déteste ses livres, il n’y a pas vraiment d’avis neutres. J’ai beaucoup de collègues qui n’aiment pas du tout. Je leur dis toujours que lire un livre de Rosoff, c’est un peu comme regarder un bon film de cinéma d’auteurs français. C’est compliqué, il se passe pas toujours grand chose mais une fois fini, ça laisse une petite trace tout au fond de soi, on ne l’oublie jamais.

Meg Rosoff a reçu la Carnegie Medal pour ce titre.

Alors que ce deuxième roman sort en France, j’ai déjà terminé de lire le troisième, sorti en Angleterre à la fin d’aout. On en espère encore beaucoup plus !

Posté par Library Mice à 08:00 - romans ado - Permalien [#]